La diététique Chinoise

Que l’aliment soit ton premier médicament! »

Hyppocrate


Tout comme pour le fondateur de la médecine occidentale, l’alimentation est considérée, pour la médecine chinoise traditionnelle, comme le premier des remèdes.

Elle est en même temps avec la respiration, la source principale de production d’énergie. Une mauvaise alimentation induit ainsi une énergie de basse qualité, néfaste pour la santé et la vitalité.

Selon les théories de la diététique chinoise, tous les aliments possèdent des propriétés entraînant une action sur le corps et susceptible d'agir sur la maladie.

Ces théories reposent d'abord sur les grands principes de la Médecine traditionnelle chinoise, comme le Qi, le Yin et le Yang. ( voir Fondements de la MTC)

En Occident, les individus sont considérés comme ayant des besoins à peu près comparables et les aliments sont analysés en fonction de leur teneur en éléments nutritifs : vitamines, gras, protéines, etc. La diététique chinoise considère plutôt que chaque personne représente un « terrain » distinctif et qu’elle ne sera pas sensible aux mêmes aliments.

Principes de la diététique chinoise


- La vitalité de l’aliment : Elle dépend de sa fraîcheur, du mode de culture ou d'élevage, du type de cuisson et de son intégrité (transformation minimale par raffinage, broyage, irradiation, etc.). Plus la vitalité d'un aliment est forte, plus il est bénéfique.

 

- La nature de l’aliment : Elle correspond, entre autres, à l'effet thermique et physiologique qu'il produit dans le corps, indépendamment de sa température au moment de l'absorption.

Cette caractéristique se présente selon un continuum : froid, frais, neutre, tiède, chaud.

On peut dire que les aliments de type tiède ou chaud ont pour effet d'augmenter l'activité métabolique et de fortifier l'énergie Yang. Les aliments de type frais ou froid ont la propriété de « refroidir laChaleur », de ralentir les réactions de l'organisme et de soutenir l'énergie Yin.

Par exemple : 

Froid : asperge, céleri, tomate, banane, crabe.

Frais : aubergine, blé, mangue, blanc d'oeuf, huître.

Neutre : arachide, chou, ananas, beurre, boudin.

Tiède : citrouille, oignon, riz, poulet.

Chaud : alcools forts, gingembre sec, piments.

 

- La saveur de l’aliment : Chaque saveur (piquante, douce, amère, acide, salée) engendre une activité spécifique dans l'organisme. Chacune permet également de nourrir un des Organes et, à travers celui-ci, tout le système qui en dépend.

Par exemple : 

Piquant : oignon, radis, huile de soya, coriandre.

Doux : boeuf, caille, carotte, tofu, réglisse.

Amer : foie de porc, laitue, rhubarbe, vinaigre.

Acide : fromage, tomate, cerise, raisin.

Salé : canard, crabe, sauce soya, algues.

 

- La « forme » de l’aliment : Elle désigne 3 caractéristiques : sa couleur (vert, rouge, jaune, blanc, noir), sa consistance (dur, fibreux, charnu, croquant, mou) et son degré d'hydratation (humidifiant ou asséchant).


La diététique chinoise consiste donc a établir votre profil après un bilan énergétique détaillé afin de savoir quel mode d'alimentation vous correspond le mieux.

IL NE S'AGIT PAS D'UN RéGIME MAIS D'UN RééQUILABRE ALIMENTAIRE.